Accueil Sport Passion : conseils et entraînement du sportif
Sport Passion   -  Conseils et entraînement
 
x
Suivez-nous sur Facebook
Entraînement, Conseils
- Boisson isotonique
- Entraînement cardio
- Choisir cardio
- Electrostimulation
- Endurance diététique
- Bienfaits endurance
- Améliorer endurance
- Exercices elliptique
- Exercices fractionné
- Home trainer
- Mur du marathon
- Plateforme vibrante
- Choisir plateforme
- Vélo elliptique
- Vélo spinning
- Exercices spinning
- Conseils spinning
- Training mental
- Motivation sport
- Faut-il s'étirer ?
- Comment s'étirer
- Comment s'échauffer
- Exploiter l'intersaison
- Grimper un col dur
- Tour 2013
- Astuce du mois

Santé, Fitness

Parcours

Comparatifs matériel

Test de matériel

Notre boutique

Accueil > Conseils > Les étirements  
Les étirements : faut-il encore les pratiquer ?
par Philippe Baudoin

Etirements: controverses
© Andres Rodriguez - Fotolia.com
   

Des vertus controversées

Préparation à l’effort, amélioration des performances, prévention des blessures et des courbatures, augmentation de la souplesse, récupération, décontraction, relaxation : de nombreuses vertus ont progressivement été attribuées aux étirements, d’où leur intégration systématique dans la préparation physique des sportifs. Une situation renforcée par un phénomène de mode dans les années 80. Qu’en est-il vraiment aujourd’hui ? Depuis quelques années, des études viennent bouleverser les croyances établies. Faut-il encore s’étirer et comment ? Le point dans ce dossier.


Les étirements : des vertus controversées | Les étirements en pratique | Mises en garde | Livres et DVDs | Articles similaires |
 

Les étirements : des vertus controversées

Echauffer les muscles avant l’effort : faux !

Les étirements, ou « stretching » en anglais, ne produisent pas un échauffement musculaire correct (Wiemann et Klee, 2000). Les tensions provoquées, en comprimant les vaisseaux sanguins, interrompent l’irrigation du muscle et perturbent ainsi l’échauffement recherché (Alter, 1996). Pour cette raison, les étirements effectués en fin d’échauffement doivent être courts pour ne pas faire chuter la température musculaire (Robe, 2005). Il est préférable, pour échauffer le muscle, de pratiquer une série de contractions-relâchements (Wirhed, 1990, Cometti, 2003). L’effet de pompe favorise en effet la circulation du sang. Dans tous les cas, une séance d’échauffement reste indispensable et plus efficace pour bien préparer le corps à l’effort et le protéger des risques de blessures. Des étirements dynamiques (mouvements par "à coups" du type sauts sur place, talon-fesses, etc.) sont plus appropriés mais présentent des risques si on ne les pratique pas correctement (lésions musculaires par exemple).

Prévenir des blessures, éviter les claquages : vrai et faux

Des études récentes ont montré que les étirements n’ont aucun effet sur la prévention des blessures (Pope et al., 1998 et 2000, Shrier, 1999, Van Mechelen et al., 1993). Selon une expérience menée sur des marathoniens (Lally, 1994), ils provoqueraient même plus de blessures. Sur 600 personnes testées, on a observé 35% de blessures en plus chez celles qui se sont étirées avant le départ. L'explication la plus probable est que les étirements permettent aux muscles de s'habituer à la douleur (effet antalgique et analgésiant). Le sportif va donc plus loin qu'il n'en a l'habitude et se blesse plus fréquemment ! Les étirements de type PNF sont particulièrement efficaces pour endormir les récepteurs de la douleur. Il faut donc éviter ce type d’étirements pendant l’échauffement.

Par ailleurs, les étirements inhiberaient le réflexe myotatique, une réaction naturelle et protectrice contre les étirements violents qui sert à protéger le muscle en le contractant. Par exemple, des étirements pratiqués avant un footing augmenteraient les risques de claquage et d’entorse.

Le stretching n'aide donc pas à se protéger des blessures. C'est l'échauffement seul qui permet de les éviter (Shrier, 2000).

Sur le long terme toutefois, les étirements aident à limiter les accidents : des muscles moins raides et des articulations plus mobiles seront moins souvent sollicités au maximum de leur amplitude et donc aideront le muscle à être moins sujet aux blessures. Par contre, une trop grande mobilité peut causer des pathologies du fait de l'adaptation du corps pour trouver son nouvel équilibre. A chacun de trouver le juste milieu !

Améliorer les performances : vrai et faux !

Quelle que soit la technique employée, les étirements entraînent une perte de performance (Guissard et al., 2001). Le phénomène est observé pour la première fois par de Vries en 1963 dans une étude sur des coureurs de 100 mètres. De Vries observe que les étirements ont un effet négatif sur les temps de course. Plus récemment, Henning et Podzielny, dans une expérience menée en 1994, montrent une baisse de 4% en moyenne de la hauteur atteinte dans des sauts en hauteur pratiqués après une séance d’étirements.

D’autres études confirment ce phénomène, en particulier que les étirements avant l’entraînement agissent négativement sur la vitesse (Wiemann et Klee, 2000), la force (Kokkonen, 1998, Nelson, 2001), l’endurance de force (Kokkonen et al., 2001) et la qualité de saut ( Knudson et al., 2001, Cornwell et al., 2002).

Comment expliquer ces résultats ? Pour fournir une force explosive, comme dans le saut ou le sprint, un muscle doit être raide. Or les étirements, en allongeant le muscle, diminuent cette raideur et détendent les fibres tendineuses, un phénomène dit de « creeping » (Wydra, 1997). Le muscle se relâchant, il en résulte alors une chute du tonus musculaire : il faut pousser plus fort pour obtenir le même résultat. Essayez de soulever une charge avec un élastique : il faudra tirer assez haut pour qu'elle se soulève. Plus l’élastique sera souple, moins vite elle décollera. Si vous remplacez l’élastique par une tige métallique, raide de nature, elle se soulèvera immédiatement. Il en est de même pour nos muscles. Des étirements prolongés agissent donc défavorablement sur les performances.

O’Connor et al., dans une étude menée en 2006 (Effects of static stretching on leg power during cycling), montre toutefois que des étirements passifs brefs (2 étirements de 10 secondes par muscle avec un relâchement de 10 secondes entre les étirements) pratiqués 5 minutes avant un effort de type anaérobie alactique (effort violent mais court) et après un échauffement de 5 minutes permettent de développer une puissance nettement plus élevée durant l’effort. Ces résultats pourraient s’expliquer par le fait que le phénomène de « creeping » ne se produit pas lorsque les étirements sont brefs. Des étirements brefs entrecoupés de longues pauses conserveraient le muscle raide.

Sur le long terme, les étirements auraient un effet bénéfique sur les performances en améliorant les capacités de restitution de l'énergie élastique et donc la puissance. S'étirer resterait donc utile pour améliorer les performances sur le long terme mais il ne faudrait pas le faire la veille ou l’avant veille d’une activité physique où la performance est attendue (compétition, match, etc.).

Eviter les courbatures : faux !

On a longtemps pensé que le stretching pratiqué en phase de récupération pouvait prévenir les courbatures. Des études récentes ont montré qu'il n'en est rien (Herbert et Gabriel, 2002) et même que les étirements peuvent aggraver la situation (Lund et al, 1998). Dans une expérience menée en 1995, Wieman constate que des femmes sportives auxquelles il demande d'étirer une seule jambe lors d'une séance de gymnastique en force ont davantage de courbatures sur cette jambe 2 jours après l'entraînement. Pourquoi cela ? Les courbatures que l'on ressent sont en fait dues à des micro-lésions du muscle et non, comme on le croyait autrefois, à une accumulation d'acide lactique. En vous étirant, vous risquez de créer davantage de micro-lésions voire des déchirures et donc de vous faire encore plus mal ! Il ne faut par ailleurs pas étirer les muscles courbatus.

Pourtant, de nombreux sportifs ressentent une diminution des courbatures après des étirements. Cometti, un préparateur physique de renom, attribue cette sensation aux effets antalgiques et analgésiants du stretching : les étirements font progressivement s'adapter le muscle à la douleur, un effet dangereux d'ailleurs puisqu'il peut encourager à forcer l'étirement plus que ne peut le supporter le muscle.

Sur le long terme, comme nous l'avons vu pour les blessures, les étirements aident à limiter les courbatures par le gain de souplesse qu'ils apportent.

Gagner en souplesse, redonner la mobilité articulaire : vrai

C'est le principal intérêt du stretching. Après un exercice physique, nos muscles se raidissent et nos articulations perdent en mobilité. Les étirements relâchent et décontractent les muscles, les assouplissent et leur redonnent leur longueur initiale et leur élasticité. S'étirer semble donc fondamental si l'on ne veut pas perdre en souplesse, développer des tendinites ou souffrir de pathologies liées à la perte de mobilité. Les étirements pratiqués régulièrement auraient un effet à long terme sur la souplesse et la performance (Gleim et McHugh, 1997 et Gajdosik, 2000).

Ces étirements doivent être pratiqués en fin d'entraînement mais pas immédiatement après. Ils seraient en effet plus efficaces sur un muscle refroidi (Sapega et al., 1981). Etirez-vous 15 à 20 minutes après l'activité pour de meilleurs résultats. Pour être optimal, chaque étirement doit durer au moins 6 à 10 secondes (8 secondes selon Calder, 1999, 10 secondes selon Mading et al., 1999, Taylor et al., 1990). Limitez le temps de relâchement entre 2 étirements à 2 ou 3 secondes. Plus cette pause sera longue, plus le muscle restera raide.

Améliorer la coordination : faux !

La coordination musculaire est la capacité à faire travailler ensemble et de manière synchronisée l’ensemble des fibres et des muscles du corps. Une mauvaise coordination entraîne une perte de performance et d’énergie, donc plus de fatigue. C’est le cas en cyclisme où la coordination des deux jambes est essentielle pour un pédalage harmonieux et efficace.

Les étirements perturberaient la bonne coordination entre muscles agonistes et antagonistes.

12 semaines pour courir 10 km en toute facilité
(liens commerciaux)

Courir 10 km Un guide complet et pratique pour se motiver et progresser

Cet e-book devrait aider bon nombre de sportifs qui souhaitent se mettre au footing ou qui courent déja mais qui veulent progresser et trouver plus de plaisir dans leur sport. Guillaume Faure et Benoît Rey-Robert, 2 triathlètes passionés par le sport et cumulant à eux seuls plus de 40 ans d'expériences sportives, on regroupé dans ce livre illustré de 127 pages, de nombreux conseils pour se motiver, s'entraîner efficacement et progresser ou encore perdre du poids.Tout y est, de la préparation à l'après course, incluant des conseils pour éviter les courbatures et les blessures, s'étirer, etc. Photos, croquis, tableaux, calculateurs accompagnent des explications claires. Un livre très complet et agréable à lire que nous recommandons aux débutants comme aux sportifs confirmés. 127 pages, 100% Satisfait ou remboursé.

Faciliter la récupération : vrai et faux

L'alternance contraction-relâchement-étirement dans les étirements actifs agirait sur le muscle comme une éponge qu'on essore, aidant au renouvellement du sang et favorisant l'évacuation des déchets métaboliques (effet de pompage). Des études montrent que cette méthode n’est pourtant pas efficace (Schober et al.,1990). Il en est de même avec les étirements passifs (étirement du muscle en statique puis relâchement) qui compriment les capillaires, interrompent la circulation sanguine et freinent ainsi la récupération musculaire (Freiwald et al.,1999). Seuls les étirements dynamiques favoriseraient la vascularisation sanguine.

Le footing lent de décrassage souvent conseillé après un entraînement ou une compétition n’est pas beaucoup plus efficace car les amplitudes sont trop faibles pour stimuler la circulation sanguine.

Les massages, l’électrothérapie ou la balnéothérapie sont des méthodes plus efficaces pour la récupération.

Se relaxer : vrai

En détendant les muscles, le stretching libère les tensions musculaires et procure une relaxation physique mais aussi psychologique. Le fait de se concentrer pour être à l’écoute de son corps contribue à cet état. Etirez-vous dans un endroit calme et propice à la détente.

Rendre plus efficace la musculation : vrai

Kolkonen (2000) démontre qu’un entraînement de musculation incluant des étirements amène à des progrès significativement supérieurs comparé à un entraînement sans étirements. Pour comprendre ce phénomène, il faut revenir au principe de la musculation qui est de créer des micro-traumatismes dans le muscle. En se reconstruisant, ce dernier devient plus performant. Les étirements, en ajoutant davantage de micro-lésions, vont amplifier cette reconstruction et donc apporter encore plus d’efficacité à la séance. Des étirements pratiqués pendant une séance de musculation constituent donc un moyen plus efficace pour se muscler. Toutefois, d’après Goldspink (1974), les étirements en eux-mêmes ne sauraient être suffisants à la musculation.

Conclusion : les étirements dans un cadre limité

Les études actuelles ont permis de remettre en cause bon nombre de vertus attribuées un peu vite aux étirements et montrent qu’il reste encore beaucoup à apprendre sur leurs effets. Les étirements restent aujourd’hui encore un sujet de controverses et d’interrogations chez les professionnels du sport et de la santé (sportifs, entraîneurs, préparateurs physiques, kinés). Il n’est toujours pas possible de définir précisément quand et comment ils doivent être pratiqués et quelles techniques sont les plus efficaces.

Ces conclusions ne doivent cependant pas pour autant décourager leur pratique. Le principal intérêt des étirements reste le relâchement et la décontraction musculaire et le gain en souplesse. Les étirements semblent généralement inefficaces pour la préparation du corps à l’effort, pour la prévention des blessures et des courbatures et pour la récupération mais ils agissent favorablement sur ces points sur le long terme. Ils ne devraient pas être placés en début d’activité sauf pour les disciplines exigeant des amplitudes importantes (gymnastique, patinage, etc.). Des étirements dynamiques sont plus appropriés en préparation à l'effort mais ils présentent des risques et doivent être évités si on ne les maîtrise pas. Pratiqués en fin d’entraînement, les étirements sont utiles pour développer la souplesse mais ils peuvent impacter les performances en cas de compétition dans les 2 jours qui suivent. Ces recommandations restent à prendre avec précaution tant les effets du stretching varient selon les personnes et les conditions d’application.
 

Les étirements en pratique

Préparation à l’effort

D’une manière générale, évitez les étirements en début d’entraînement, en particulier avant une compétition. Des étirements dynamiques pourront être effectués au cours de l’échauffement mais uniquement si vous êtes habitué à ce type d’étirements. Une bonne préparation passe par un bon échauffement avant tout. Echauffez-vous donc en conséquence ! (voir comment s'échauffer)

Dans le cas de disciplines exigeant une amplitude articulaire importante (patinage, gymnastique par exemple), les étirements prennent alors tout leur sens. On ne fait pas un grand écart sans s’être préalablement échauffé et étiré ! Etirez les muscles qui seront sollicités après les avoir correctement échauffés.

Récupération

Privilégiez les étirements passifs en fin d’entraînement, 15 à 20 minutes après la fin d’activité ou juste après la douche, quand les muscles sont un peu refroidis. Ne vous étirez-pas si vous prévoyez, dans les 2 jours à venir, une compétition ou toute autre activité de vitesse où les performances sont attendues. Le stretching diminuerait en effet votre force explosive et votre vitesse, des qualités particulièrement utiles dans le cadre du football, du sprint, du saut en hauteur par exemple. D’autre part, par les micro-lésions qu’ils créent, les étirements augmentent le temps de récupération du muscle et donc vos performances à court terme.

Etirements après le sport Pour éliminer les déchets métaboliques (acide lactique, etc.), pratiquez des étirements passifs courts entrecoupés de moments de récupération. Cette méthode évite une diminution trop forte de la circulation sanguine défavorable à une bonne récupération. Là encore, des étirements dynamiques sont plus appropriés. Les massages et l’électrostimulation, s’ils vous sont accessibles, sont encore les meilleures méthodes pour bien récupérer. Le footing lent de décrassage autrefois préconisé après une compétition ou un entraînement intensif, n’est plus d’actualité car le phénomène « d’essorage » ou de « pompage » du muscle est trop faible pour être intéressant.

Footing

Si vous pratiquez le footing, évitez les étirements en début de séance. Commencez par marcher puis trottinez tranquillement afin d’ouvrir progressivement les petits capillaires et habituer votre système cardiaque. Accélérez ensuite progressivement pour atteindre votre rythme de croisière. Si vous courrez dans le cadre d’une compétition, cette phase d’échauffement est bien sûr à faire avant la course !

Pratiquez une courte séance d’étirements après un footing de récupération ou une sortie de détente. Des étirements passifs vous permettront de rester souple tout en vous décontractant. Attendez 15 à 20 minutes avant de vous étirer.

Cyclisme

En cyclisme, le stretching est utile dans la phase d’échauffement pour améliorer votre position sur le vélo et la rendre la plus aérodynamique possible. Vous gagnerez en coordination, en vélocité et en vitesse, donc en performance. Pour cela, il vous faut assouplir les muscles des hanches et de la chaîne postérieure afin de compenser les tensions liées à la cassure du dos. Commencez votre sortie sans vous étirer, par un échauffement à faible allure. Pratiquez des étirements en cours de route, une fois vos muscles échauffés. N’étirez ni vos ischios-jambiers, ni vos quadriceps afin d'éviter les effets contre-performants décrits précédemment. Les mêmes étirements pourront être pratiqués en fin de séance pour décontracter vos muscles et renforcer leur souplesse pour les prochaines sorties.

Au retour, après la douche, étirez les muscles des jambes (ischios, jumeaux et quadriceps) pour retrouver votre souplesse. Evitez de vous étirer si vous prévoyez une compétition dans les 2 jours qui suivent.

Musculation

Afin de rendre plus efficace votre séance de musculation, effectuez, pendant les pauses, quelques étirements passifs des muscles que vous travaillez. Limitez-vous en nombre de séries et durée d’étirement, par exemple 2 séries d’étirements de 10 à 20 secondes par muscle.
 

Les étirements, par leur effet analgésiant, repoussent le seuil de douleur et peuvent par conséquent être dangereux (attentions aux déchirures ou autres lésions). Ils ne doivent jamais être réalisés sur un muscle froid, enraidi, fatigué, courbaturé ou blessé. Un étirement ne doit pas faire mal. Des étirements mal faits peuvent être à l’origine de blocages (dos, etc.). Demandez conseil à votre médecin avant de les pratiquer.

Philippe Baudoin
Reproduction interdite

 

Livres et DVDs
Guide pratique des étirements : 150 Exercices pour être en forme (Christophe Geoffroy)
En raison de la grande confusion entretenue sur le bien-fondé des étirements, cette nouvelle édition du Guide pratique des étirements : Répond aux questions les plus fréquentes sur les étirements. Clarifie certains points fondamentaux. Fournit des données anatomiques et physiologiques précises sur les effets des étirements. Propose 150 exercices à réaliser dans le cadre d'une séance d'étirements spécifique ou au cours d'une activité sportive précise. Met en contexte, différentes techniques et propose 2 ou 3 niveaux de difficulté par exercice afin de personnaliser la séance. Ce guide s'adresse à toute personne soucieuse de maintenir ou d'améliorer sa forme physique.
Savoir s'étirer (Christophe Carrio)
Aboutissement de 22 ans de pratique des étirements, ce livre vous révèle une toute nouvelle méthode d'étirement respectant votre corps. Tous les sportifs savent l'importance de s'étirer. Mais comment bien conduire ses séances pour des gestes plus fluides, plus puissants, et pour réduire le risque de blessure ? En posant les bases scientifiques de la souplesse, Christophe Carrio nous fait découvrir l'importance des fascias, ces tissus conjonctifs qui enveloppent et connectent entre eux les muscles. Il montre que pour obtenir un corps parfaitement souple, délié et sans douleur, il faut impérativement associer automassages, mobilisations articulaires et étirements. Découvrez 200 exercices d'automassages et d'étirements plus des illustrations pour identifier les muscles et les chaînes musculaires sollicités. Découvrez la technique d'étirements la plus rentable.
Fitness Zone 12 - Stretching (DVD)
Calme et détente pour un moment de vrai plaisir ! Découvrez maintenant, la sérénité d'un instant de relaxation très agréable accompagné d'une musique douce et reposante. Après une longue journée, il est souvent nécessaire de prendre le temps de retrouver ce sentiment de bien-être indispensable à notre équilibre. Vraiment accessible à tous, le stretching vous permet d'étirer vos muscles pour gagner en souplesse. En un peu moins d'une heure, cette séance vous invite à la relaxation et à redécouvrir votre corps. Ce moment de bien-être deviendra vite un rendez vous indispensable.
(Liens commerciaux)

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

L'échauffement sportif : se préparer efficacement

footballers s'échauffant sur terrain de foot
S’échauffer est indispensable pour réduire les risques de blessure et améliorer ses performances. Pourtant, les techniques appliquées ne sont pas toujours bien maîtrisées

Lire la suite

Les étirements : comment les pratiquer ?

femme sportive en bleu faisant étirements en salle de gym
De nombreuses méthodes d'étirements existent. Comment s’y retrouver ? Conseils pratiques pour bien s’étirer.

Lire la suite

 


Le Petit Guide Pratique du Sportif Amateur
Une synthèse des meilleurs astuces et conseils pour gagner en performance et vous faire davantage plaisir dans votre activité d'endurance. Prix : 5,99 € (port 1,80 € pour la France)
« Ce guide est GENIAL ! » (Dominique A)
« Petit bouquin génial moi qui suis entraineur. » (Laurent P)
 
Le Guide du Home Trainer (applicable aussi au spinning)
Conseils, plans d'entraînement, plus de 40 exercices variés et motivants, des tests pour évaluer vos progrès. Prix : 7,99 € (port 1,80 € pour la France)
« Ce petit livre est FANTASTIQUE ! » (Alain L)
« Félicitations pour votre guide : après 1 an d’utilisation, des progrès fabuleux en compét et un 1er PODIUM. » (Laurent J)
Suivez-nous
sur :
   Google+  



Partenaires |   | Mentions légales | CGV | Plan de site